Vous êtes ici : AccueilMme Bouayach rappelle que plus de 48% de migrants internationaux sont des femmes, une féminisation élevée de la migration qui passe inaperçue dans les débats et les rapports

Bulletin d'information

Actualités

28-02-2024

Appel à candidature pour le poste de chargé principal de la promotion des droits (...)

Lire la suite

28-02-2024

Le programme prévisionnel des marchés que le CNDH envisage de lancer pour l (...)

Lire la suite

13-12-2023

RÉSULTAT DU TEST ÉCRIT RELATIF AU RECRUTEMENT DE DEUX CADRES CATÉGORIE A AUX (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Mme Bouayach rappelle que plus de 48% de migrants internationaux sont des femmes, une féminisation élevée de la migration qui passe inaperçue dans les débats et les rapports

« Plus de 48% de migrants internationaux des femmes, une féminisation élevée de la migration, qui passe souvent inaperçue dans les débats et les rapports, alors que la migration est perçue et traitée comme un phénomène principalement masculin », a rappelé Mme Amina Bouayach, Présidente du Conseil national des droits de l’Homme, lors de l’ouverture du séminaire international sur la « Protection des droits des femmes migrantes en Espagne et Maroc : Acquis, défis émergents, et perspectives d’action », organisé le mardi 5 décembre 2023 au siège du CNDH à Rabat.

La présidente du CNDH a souligné que la migration des femmes est généralement associée à des défis spécifiques tels que la discrimination, l’exploitation, la vulnérabilité, et dont beaucoup d’entre elles sont soumises à des réseaux des trafics des êtres humains.

En outre, Mme Bouayach a noté qu’en plus de ses missions statutaires relative à la protection des migrants, quel que soit leur statut, le CNDH est mobilisé avec ses partenaires (OIM et HCR) cette année en vue de la consécration des droits fondamentaux des migrants, y compris des femmes, pour garantir l’accès à la justice, leur inclusion socio-économique et la protection sociale.

M. Jésus Sanchez Garcia, Président de la Commission des droits de l’Homme du CICAC (Ordre des Barreaux Catalans) et Doyen de l’Ordre des avocats de Barcelon, a mis l’accent sur l’ancrage de la migration dans l’histoire humaine tout en soulignant les défis présentés par ce phénomène, qui doivent être transformés en opportunités pour le développement humain. La protection des droits des migrants est une responsabilité partagée, a-t-il ajouté.

Mme Erica Torregrossa, avocate, co-présidente de l’Observatoire des droits de l’Homme de l’Ordre des avocats de Barcelone (ICAB) et experte en droit international humanitaire et droits de l’Homme, a mis en évidence l’importance de mener des actions conjointes par les parties prenantes pour assurer l’accès des femmes migrantes à la justice, l’éducation, la santé, etc. afin de relever les défis spécifiques auxquelles elles sont confrontées, notamment la discrimination, la violence, les obstacles linguistiques, etc.

Aligné sur les dynamiques migratoires mondiales, ce séminaire s’inscrit dans le cadre d’une série de discussions actuelles sur les questions migratoires, notamment la protection des droits des femmes migrantes.

Organisé par le CNDH en partenariat avec l’ICAB, ce séminaire vise à engager un débat approfondi sur les défis complexes liés à la migration et de proposer des approches concertées et élargies, tout en analysant les parcours migratoires des femmes entre le Maroc et l’Espagne, mettant particulièrement l’accent sur les enjeux spécifiques relatifs à leur protection, tant du point de vue juridique que dans le cadre des mobilités entre le Maroc et l’Espagne.

Réunissant les experts du Barreau de Barcelone et du Defensor del Pueblo de l’Espagne et des experts en droits de l’Homme, genre, et migration du Maroc et de l’Espagne, cette rencontre représente une occasion pour discuter sur les cadres de protection existants et les défis potentiels en vue de formuler des recommandations concrètes pour d’améliorer la situation des femmes migrantes dans le contexte migratoire entre le Maroc et l’Espagne.

Télécharger l’allocution de Mme Amina Bouayach